• ————————————————————————————————————————————————————————————–

Le Sémaphore fait naufrage avec un peu du monde d’avant

Pour une fois, ceux pour qui c’était ” mieux avant ” ont perdu. Avant, quand une petite élite argentée pouvait décider en fonction de ses intérêts, ce qui était bon ou pas. Avant, quand aucune loi, aucune règle n’imposait que l’intérêt général repose également sur la manière dont les citoyens sont associés à ce qui fabrique leur commun. Avant, quand le fait d’être dans des associations différentes engendrait la concurrence et non l’entraide. Avant quand on faisait croire qu’il y avait une opposition municipale (pour rappel les conditions d’approbation du projet en juin 2018, 38 voix POUR, 5 ABSTENTIONS (Mme LE GUILLERM L – Mme LE TALLEC M – M. MARTINI J – M. SITE P -M. PERRIN S).

Dans son rapport d’une cinquantaine de pages, la commissaire enquêtrice pointe, étrille littéralement, non pas le projet, mais la politique de non-concertation des habitants qui empêche l’émergence de l’intérêt général. Elle tacle sévèrement la politique qui conduit à privilégier une procédure qui permet le choix du réalisateur mais pas le contrôle des évolutions du projet.

Nous y reviendrons après analyse, mais en première approche voici les conclusions sur deux pages.

Bonne année monsieur le maire !

Non à l’expulsion de Bourama !

Non à l’expulsion de Bourama !

Bourama, jeune guinéen, âgé de 20 ans, est sous le coup d’une décision de la préfecture d’Ille-et-Vilaine de refus de séjour assorti d’une obligation de sortie du territoire français avant le 13 octobre 2018.

Arrivé seul en France, il y a 5 ans, à l’âge de 15 ans, il a été pris en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance (gérée par le conseil départemental) et a pu poursuivre sa scolarité à Rennes puis à Tinténiac où il a obtenu son baccalauréat professionnel de logistique et transport (diplôme d’État).

Il a résidé 2 ans à Miniac Morvan et, suite à un CDD concluant, il a obtenu un CDI à un poste correspondant à sa formation dans une entreprise à Dol-de-Bretagne où il réside maintenant.

Il est parfaitement intégré à la vie sociale et culturelle de la ville et s’est lié d’amitié avec des habitants de tous âges et de tous horizons.

Ses amis, s’opposent formellement à cette décision injuste d’obligation de sortie du territoire français et appellent à une résistance citoyenne au nom de la tradition d’accueil de notre pays.

Osons! soutient la résistance citoyenne et vous invite à signer la pétition Non à l’expulsion de Bourama ! Dernières nouvelles afin que Bourama puisse poursuivre, ici, en France, la vie qu’il est en train de se construire.

Un collectif s’est constitué, ses coordonnées :

Les pétitions et souscriptions

Les pétitions

  • La pétition sur la qualité de l’AIR se trouve ici ou
  • URGENCE aux urgences à l’hôpital de Saint-Malo ici
  • À Vélo Malo : Des alternatives à la voiture entre St Malo et Dinard ! ici
  • NON au projet de parc de loisirs sur le site du Cap Frehel ! Mobilisons-nous ! ici
  • Pour une vraie sécurité des quais et bassins de Saint-Malo ici

Les souscriptions