• ————————————————————————————————————————————————————————————–

Réunion sur l’air : OSONS! fait salle comble

Si les skippers de la route du Rhum sont aux commandes de machines dont les voiles font 650 m² au portant, voire plus, ils restent de petits joueurs face au 1680 m² de surface d’échange alvéolaire qu’offrent nos poumons chaque minute à notre respiration.

« Vous arrêtez de manger, vous tenez trois semaines ; de boire, vous tenez 3 jours ; mais de respirer, vous ne tenez pas trois minutes. »

Ce sont les images que l’on peut retenir de la conférence, organisée par OSONS!, au cours de laquelle le docteur Claude Lesné, ingénieur chercheur honoraire au CNRS, a montré toute la complexité, la force mais aussi la fragilité de notre système respiratoire. Chacun a pu entendre les mises en garde du spécialiste des polluants aériens. Le docteur Lesné s’est attaché à montrer les mécaniques de transfert dans notre corps des molécules et des particules aériennes toxiques que nous craignons tous. Il a également expliqué les atteintes à notre santé liées à l’agression répétée de nos voies respiratoires par de mauvaises odeurs âcres, irritantes dont les pathologies ont été documentées par des études, il y a plus de vingt ans.

Système d’échange, alvéoles et capillaires

Pour illustrer l’importance de vivre dans de bonnes conditions de qualité d’air, le docteur Lesné a rappelé des chiffres qui illustrent notre système respiratoire. Ils expliquent en quoi, avec la pollution de fond déjà problématique, la vigilance doit être continue en termes de qualité de l’air. C’est notre combat à Saint-Malo.

En considérant un effort moyen sur 24h :

  • nous consommons 15 m3 d’air
  • la surface d’échange alvéolaire (vers le système sanguin) utilisée est comprise entre 2.500.000 et  4.000.000 de m².

Chaque minute, la totalité de notre sang est en contact avec les 2000 km de capillaires alvéolaires de notre corps, et certaines molécules n’empruntent pas la voie sanguine pour passer directement de la cavité nasale à certaines zones du cerveau.

        

Dans une salle comble, les questions et les témoignages ont été nombreux. Les participants déterminés souhaitant avant tout agir pour se protéger et protéger leurs enfants (90% des alvéoles pulmonaires se forment pendant l’enfance). Les réponses ont été simples et directes de la part du médecin qui, comme les animateurs de l’association OSONS!, estime que seul le rapport de force imposé par une population mobilisée pourra entraîner l’action des pouvoirs publics et des entreprises.

La suite : demandes d’audience auprès du Préfet, du service des installations classées, de l’Agence Régionale de Santé (ARS), et, avec le soutien d’Air Breizh, demande de création officielle d’un réseau des Nez (*).

(*) En Normandie, un tel réseau a conduit les entreprises à réaliser 122 millions d’euros d’investissements pour l’amélioration de la qualité de l’air.

Le bon air à Saint-Malo ??

Le bon air à Saint-Malo ??

Alors que nous apprenons que Saint-Malo Agglomération organise une réunion publique sur la qualité de l’air le 2 octobre, à l’IUT, nous sommes heureux de vous annoncer notre prochain événement sur le sujet.

Il y a trois ans, nous avons pris l’engagement de travailler sur la nature et les effets des émanations d’odeurs et de poussières dans Saint-Malo. Cet engagement, nous le tenons contre vents et marées en publiant chaque mois le relevé des observations du réseau de Nez que nous avons créé. De réunions en rassemblements, nous avons rencontré beaucoup de Malouins sur la question de la qualité de l’air, des odeurs et de l’impact sur leur vie quotidienne.

Avec la publication de la brochure malo-Nez qui condense les résultats des quinze premiers mois d’observation du réseau, c’est le pari de l’objectivation, auquel nous étions les seuls à croire, que nous avons gagné au printemps dernier.

Désormais, nous avons deux nouveaux soutiens de poids pour demander au préfet la création officielle d’un réseau de nez à Saint-Malo :

  • Air Breizh, l’une des 19 associations de surveillance de la qualité de l’air en France agréées par le ministère de l’Environnement, appuie la demande d’OSONS! auprès du préfet. Air Breizh a réalisé la dernière campagne de mesure de qualité de l’air à Saint-Malo.
  • Le docteur Claude Lesné, ingénieur de recherche hors classe honoraire au CNRS et spécialiste de la toxicité des polluants aériens, a montré le danger mortel des gaz produits par les algues vertes en décomposition.

Le docteur Claude Lesné collabore avec OSONS! depuis l’été 2018.

À chaque fois qu’elle en a la possibilité, OSONS! invite des spécialistes des domaines qu’elle aborde. Cela a été le cas pour l’urbanisme, l’économie, les concessions de services publics…

Le 18 octobre 2018, à 20 h, à l’Espace Bouvet (Salle Robert Surcouf),
place Bouvet à Saint-Servan,

le docteur Claude Lesné nous décrira l’action des polluants sur l’appareil respiratoire et à la suite de son exposé  les participants auront la parole pour un échange avec lui et OSONS!.

 

 

Plus : notre flyer sur cet événement

Télécharger (PDF, 807KB)

 

Contacter Osons! : osons@osons-a-stmalo.com ,  Facebook Osons!  ,  Twitter Osons!

Contacter Osons! l’air :   osonslair@osons-a-stmalo.com  ,  Facebook Osons! l’air  ,  Twitter Osons! l’air

Osons! – Guichet des Associations – 40 ter Square des Caraïbes – 35400 ST MALO

Téléphone : 07 69 07 83 57

Port de Saint-Malo : Questions sur les carburants

Port de Saint-Malo : Questions sur les carburants

L’un des lecteurs attentifs des publications d’OSONS! que nous remercions, nous a fait remarquer que notre article sur ” le port et l’appel d’offres de la Région ” comportait une erreur. Nous y mentionnons l’utilisation de fuel lourd (ou fuel / oil) par les bateaux de croisière. Or la Manche et la mer du Nord font partie des zones dites ECA (Emission Control Areas / Zones de Contrôle des Émissions), au même titre que les côtes nord-américaines et à la zone des Caraïbes sous contrôle US, depuis 2015 une règlementation plus sévère (moins laxiste) est appliquée à ces zones.

L’Organisation maritime internationale (OMI), organe exécutif en charge du transport maritime international au sein de l’ONU, fixe les seuils de teneur en soufre pour les combustibles marins. Selon les règlementations, prévues à l’annexe VI de la convention MARPOL pour la prévention de la pollution de l’air causée par les navires, depuis 2015 dans les zones ECA, le seuil de 0,1% est la limite, contre 1% précédemment. Les règlementations relatives à la teneur en soufre des combustibles sont transposées dans les législations nationales (i.e. European Directive 2012/33/EU) ou local (i.e. California Code of Regulations section 2299.2, title 13).

Il est évident que nous ne maîtrisons pas les spécificités des différents carburants marins et les publications de l’Organisation maritime internationale l’OMI sont bien complexes (OMI : l’institution spécialisée des Nations Unies chargée d’assurer la sécurité et la sûreté des transports maritimes et de prévenir la pollution des mers par les navires).

LE TITANIC- et ses quatre panaches de fumée. Nos décideurs ont-ils vraiment évolué depuis ? Oui! Ils sont plus malins.

Cependant, nous avons remarqué deux éléments :

  • Le premier, c’est que ce n’est pas le fuel lourd qui est interdit, mais l’utilisation d’un fuel dont la teneur en soufre dépasserait le seuil de 0,1%. Est-ce le seul critère pour caractériser un fuel lourd ?
  • Le second est que dans la zone E.C.A. des côtes nord-américaines et la zone des Caraïbes sous contrôle US, d’autres critères supplémentaires existent notamment sur les émissions de particules, pourquoi pas en Manche ?

Toute aide d’une personne, plus compétente que nous, serait la bienvenue.

Mais pour l’instant nous nous contenterons de reprendre les éléments de règlementation telle que nous la comprenons. En 2014, la seule alternative semblait être l’utilisation d’un fuel marin particulier, aujourd’hui il est question de l’utilisation du gaz. Mais forts de l’expérience d’industriels et d’États qui nous leurrent régulièrement en matière de pollution, l’effet sur l’environnement des produits de remplacement aiguise notre intérêt et nous tentons de ne pas reprendre les éléments de leur communication sans vérifier les termes exacts des règlementations.

Port de Saint-Malo : Un nouvel appel d’offres plus respectueux de l’environnement ?

Port de Saint-Malo : Un nouvel appel d’offres plus respectueux de l’environnement ?

C’est l’occasion ou jamais pour la région, le 24 septembre 2018, le président de la Région Bretagne va demander au Conseil Régional de mettre un terme à l’appel d’offres pour la gestion 2019-2037. La procédure, lancée en décembre 2016, ne semble pas adaptée à la réalité des besoins et un seul candidat est en lice, la CCI. On peut supposer que la Région, placée dans une situation de non-concurrence, n’a d’autre solution que de reformuler les termes de sa consultation. En général, pour pouvoir changer les règles, notamment en matière de prises en charge des équipements par le concessionnaire, seule une nouvelle procédure peut assurer la légalité. C’est ce qui semble apparaître dans l’une des phrases de la déclaration de presse (ici) « La Région Bretagne assurera ainsi directement la maîtrise d’ouvrage de l’opération de modernisation du terminal ferry pour redonner des capacités d’investissements au futur opérateur portuaire ».

En gros :  CCI 1 / Région 0 ?

Mais s’il est un domaine qui doit inquiéter chaque Breton et chaque Malouin, ce sont les conditions, les contraintes environnementales qui seront posées dans ce nouvel appel d’offres. Pour rappel, nous n’avions pas pu consulter le premier.

La future concession sera conclue pour une période allant jusque 2037, inutile de dire que si les exigences de la Région sont minimales, nous n’avons pas fini de voir les nettoyages polluants des outils du port (ici), les déchargements en vrac (ici), ou les procès-verbaux tardifs concernant l’entretien des cuves d’acide. Et quid du développement du « transport de voyageurs depuis le terminal ferry du Naye » si les bateaux de croisière continuent d’utiliser leur fuel lourd en mer comme à quai (ici).

La Région s’est « plantée » en lançant son appel d’offres, tant mieux, c’est une opportunité. Nous appelons chacun à la responsabilité environnementale et d’abord les élus qui vont décider d’un cahier des charges qui affectera la vie des vingt prochaines années et à l’issue desquelles la bataille pour l’environnement sera perdue ou gagnée selon les décisions d’aujourd’hui.

Et puisque cette bataille va nécessiter des adaptations, des ajustements, de la réactivité, pour quelle raison la Région ne gère-t-elle pas elle-même les installations du port, puisque les investissements sont impossibles pour les concessionnaires ? Cela permettrait peut-être de mettre fin à l’irresponsabilité – impunité qui règne actuellement.

Au fait, avez-vous entendu parler de la qualité de l’eau, composition chimique ( quantité d’oxygène, matières en suspension, PH, principaux polluants, métaux lourds…), bref les résultats de l’enquête sur la période récente de mortalité des poissons (ici)?

L’information des citoyens serait-elle également sur le flanc ?

Pour en savoir plus :

  • la communication de la région en juin 2018 (ici)
  • la communication de la région sur le nouvel appel d’offres (ici)

Relevé des nuisances à Saint-Malo – Août 2018

Relevé des nuisances à Saint-Malo – Août 2018

L’école d’été sur l’Internet des Objets industriels (IIOT) a lieu cette année à Saint-Malo. Nous sommes heureux de voir que la qualité de l’air à Saint-Malo soit le sujet d’application pour l’étude des objets connectés.

Nous n’imaginons pas que ce choix est lié à la situation malouine, sur laquelle les Nez malouins  témoignent chaque mois. Voici leur relevé du mois d’août :

Télécharger (PDF, 147KB)

 

Contacter Osons! l’air :   osonslair@osons-a-stmalo.com  ,  Facebook   ,  Twitter

Osons! – Guichet des Associations – 40 ter Square des Caraïbes – 35400 ST MALO

Téléphone : 07 69 07 83 57

Mortalité des poissons : Une cause naturelle nourrie artificiellement ?

Mortalité des poissons : Une cause naturelle nourrie artificiellement ?

Il y a trois jours nous avons publié un article (ici) sur la technique de nettoyage des trémies de déchargement du port de Saint-Malo. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle est une atteinte constante à la qualité des eaux du port et à l’environnement.

Quasi simultanément, sur son site internet, le journal Ouest-France titrait à propos de la mortalité soudaine des poissons dans le port (voir ici). Le lendemain notre réflexion sur les opérations de nettoyage et la mortalité des poissons y étaient liées (ici). Dans ces conditions, il suffisait qu’I.F.R.E.M.E.R. conclût à un phénomène naturel et la Région à la nécessité de temps pour améliorer les installations du port pour que notre intervention apparaisse comme caricaturale ou déplacée.

Comme nous n’avons pas l’habitude de prendre ces sujets à la légère et que notre article ne traitait pas de la mortalité des poissons, nous nous y sommes intéressés.

Citant I.F.R.E.M.E.R, le  Pays Malouin écrit (ici).

« D’après les premières analyses […], il s’agit d’un phénomène naturel consécutif d’une forte baisse de l’oxygénation de l’eau, après un bloom -prolifération- de planctons. » La cause de cette prolifération soudaine de planctons, aussi appelée « efflorescence algale » : « le réchauffement de l’eau tout au long de l’été, alors que l’eau ne se renouvelle que très lentement dans les bassins intérieurs du Port. » Cela exclurait donc toute contamination chimique extérieure comme cela avait pu être envisagé.

Pour comprendre le phénomène naturel dont parle I.F.R.E.M.E.R. nous avons consulté (ceci). Dès les premières lignes vous pourrez y lire :

«Le phénomène peut être naturel1 ou favorisé par des pollutions terrigènes (nitrates, phosphates)2,3. Dans ces derniers cas, des proliférations intenses et longues peuvent conduire à des « zones mortes », en raison d’une consommation de la totalité de l’oxygène dissous dans l’eau la nuit ou d’émissions de toxines par certaines espèces de plancton (Cyanophycées notamment). En général, seule une ou quelques espèces de microalgues sont en cause. Dans un lac ou une zone marine faiblement renouvelée (dans une baie, un fjord..) même un apport limité de phosphate suffit à induire un bloom4». Puis, « Les microalgues sont naturellement plus abondantes sous la surface où l’ensoleillement est maximal. En présence de nutriments, elles s’y reproduisent très vite. Les nitrates et phosphates et le fer comptent parmi les principaux facteurs limitants des microalgues, mais la forme qu’a le nutriment dans le milieu (ammoniac, urée, ion nitrate) a également une importance, de même que la température de l’eau11. »

Bref, cette lecture, accessible à tous, permet d’aller un peu plus loin que ce qui semble être la reprise par les journaux des premiers éléments d’I.F.R.E.M.E.R.

Et parce qu’I.F.R.E.M.E.R. est la référence en la matière, la consultation de son site (ici) confirme l’importance des éléments nutritifs des algues (bien présents sur le port). Chacun peut y lire que les observations : « confirment une tendance globale à la baisse de la biomasse de phytoplancton. »  « Cette évolution est liée à la baisse des éléments nutritifs apportés par les fleuves, essentiellement l’azote et le phosphore. Le premier pic printanier de prolifération en mars-avril reste important, mais ensuite les concentrations en chlorophylle sont plus réduites, d’un facteur dépassant 30% sur certains sites. »

 Les niveaux de chlorophylle ont globalement baissé depuis la fin des années 90, comme le montrent ces observations par satellite. I.f.r.e.m.e.r.

Pour résumer :

  • Notre article ne traitait pas de la mortalité des poissons que nous ignorions.
  • Un phénomène naturel peut être précipité par des causes qui ne le sont pas.
  • I.F.R.E.M.E.R. a-t-elle uniquement constaté la quantité et le type d’algues dans l’eau ?
  • I.F.R.E.M.E.R. peut-elle nous instruire, non pas sur la présence d’une substance chimique déversée subitement dans le port, mais sur les concentrations et l’origine des différentes molécules qui favorisent l’efflorescence algale ?

Pour observations complémentaires suite aux réactions diverses :

  • Est-il judicieux, comme le fait la mairie, de demander au gestionnaire de l’assainissement, d’être juge et partie, en lui confiant les analyses pour savoir si les installations dont il a la charge sont en cause ?
  • Quant à la Région, qu’a t-elle prévu pour améliorer les conditions de chargement, de déchargement, de confinement, de traitement des eaux et des émanations de toutes sortes ? Les années passent et les plaquettes de “com”  finissent par jaunir…

Port de Saint-Malo : Encore du développement durable sur papier glacé

Port de Saint-Malo : Encore du développement durable sur papier glacé

Par un pur hasard, cet article a été mis en ligne au moment où le journal Ouest-France faisait état d’une mortalité anormale des poissons dans le port (voir ici).

Cet été parmi les courriers, informations, photos que nous ont envoyés les amis d’OSONS! ou simplement ceux qui sont en quête d’une association citoyenne sur le territoire du pays de Saint-Malo, nous avons retenu quelques sujets. Après vérifications et compléments de notre part, ils seront publiés sur notre site et notre page Facebook.

C’est une vidéo (voir en fin d’article) prise spontanément à partir d’un bateau, qui nous a incité à parler d’une pratique courante sur le port de commerce de Saint-Malo.

Elle nécessite quelques commentaires préalables

Les ports de commerce bretons sont de la compétence de la Région. Elle ne les exploite pas directement et en confie la gestion pour de longues durées. La prochaine concession du port de Saint-Malo doit être confiée en fin d’année pour vingt-cinq ans, la CCI Saint-Malo Fougères, exploitante actuelle, pourrait se succéder à elle-même en fin d’année. Le port de commerce de Saint Malo est le premier port breton en matière de chargement/déchargement de sel, d’engrais et de produits chimiques.

(Extrait du Bilan d’activité 2015 port de Saint-Malo)

Les vracs solides ont représenté 58,9% du tonnage traité et les vracs liquides 11,4%, c’est dire l’importance des conditions de chargement et de déchargement sur le port.

Dans l’industrie, pour manipuler, transporter ou stocker ce type et ces quantités de produits, les exploitants doivent obtenir des autorisations d’exploitation et sont soumis au contrôle de leur activité et de leurs rejets. Cela semble beaucoup moins surveillé pour les ports.

Sans être spécialisé dans la gestion des ports, il n’est pas très compliqué de consulter différents documents, dont le « Plan de réception et de traitement des déchets d’exploitation et de résidus de cargaison de navires du port régional de Saint-Malo » (ici). Attention, il faut d’abord éviter de se noyer dans la communication sur papier glacé, assez éloignée de la réalité (ici).

Ce plan organise la gestion de deux types de déchets dont « Les résidus de cargaison : les restes de cargaison à bord relevant des annexes I et II de la même convention qui demeurent dans les cales ou dans les citernes à cargaison après la fin des opérations de déchargement et de nettoyage, y compris les excédents et quantités déversés lors du chargement ou du déchargement. (Code des ports maritimes, art –L.343.1).

Ce que nous montre la vidéo

La vidéo nous montre les opérations de nettoyage des trémies (ici) présentes sur le port et par lesquelles passe une bonne partie des 1 103 867 tonnes de produits divers traités. Nos recherches nous ont permis de confirmer que les salariés n’ont pas d’autres procédures ou équipements leur permettant de faire autrement. Dès lors :

  • Quelles quantités de sel, potasse, phosphate, ammonitrate sont déversées chaque année dans le port lors de ces opérations ?
  • Pour quel niveau d’une pollution placée sous la surveillance de qui ?
  • Quelle concentration et quelle accumulation de matière en suspension, de produits divers dans les boues du port, de métaux lourds… ?
  • Pour quelle raison interdire la pêche des coquillages en cas de problème et laisser tranquillement pêcher dans le port ?
  • Que retrouve-t-on sur les plages proches ou dans l’estomac des poissons ?
  • Quels sont les risques sanitaires ?

En attendant de noyer prochainement toutes les questions du port dans le Rhum, qui va prendre ces problèmes en charge ?

Pour ce qui concerne OSONS!, une petite musique nous indique d’aller voir vers les espaces de carénage obligatoires qui seraient parfois évités.…

Pour aller plus loin :

L’activité du port : http://ports.bretagne.bzh/jcms/wcrb_242595/fr/activite-portuaire

La présentation du port : http://ports.bretagne.bzh/jcms/wcrb_242621/fr/le-port-de-saint-malo

Relevé des nuisances à Saint-Malo – Juillet 2018

Relevé des nuisances à Saint-Malo – Juillet 2018

Le mois de juin n’aura été qu’un souvenir fugace dans la mémoire de Malouins. À Saint-Malo, en juillet ça fume, ça pue ! Sous la chaleur, les odeurs ; certains rêvent de déménager ! 

« Je viens d’arriver chez moi, à Saint-Servan, après avoir passé une journée fort agréable en campagne. L’odeur nauséabonde me fait revenir à la réalité honteuse que Saint-Malo méprise ses habitants. Je regrette de plus en plus mon choix de m’être installée dans cette ville polluée par la Timac. Vivement mon déménagement ! » 

(9 juillet 2018 – Place Bouvet)

 Les Nez malouins vous présentent le relevé du mois de juillet, où l’on constate que, comme souvent, le charme du quartier de Saint-Servan est sapé par des effluves désagréables.

Télécharger (PDF, 139KB)

 

Contacter Osons! l’air :   osonslair@osons-a-stmalo.com  ,  Facebook   ,  Twitter

Osons! – Guichet des Associations – 40 ter Square des Caraïbes – 35400 ST MALO

Téléphone : 07 69 07 83 57

Relevé des nuisances à Saint-Malo – Juin 2018

Relevé des nuisances à Saint-Malo – Juin 2018

Le groupe Roullier (Timac Agro et Phosphea) mène une intense campagne de communication. Après les portes ouvertes, le concert de rock dans l’enceinte de l’usine, linauguration du « centre mondial de l’innovation », voici « le parcours d’émerveillement » (sic) destiné aux élèves du collège du Sacré Coeur (Le Pays Malouin du 21 juin 2018).

Ne soyons pas mauvaise langue, Timac Agro a bel et bien émerveillé les malouins qui ont connu un mois de juin « normal »…

Télécharger (PDF, 89KB)

                                 … ce qui a créé les conditions idéales pour cette belle campagne de communication ou… d’enfumage ?

 

Signaler une nuisance olfactive ou de poussières ici

Signer la lettre ouverte ici ou

 

 

 

 

 

 

Contacter Osons! l’air :   osonslair@osons-a-stmalo.com  ,  Facebook   ,  Twitter

Osons! – Guichet des Associations – 40 ter Square des Caraïbes – 35400 ST MALO

Téléphone : 07 69 07 83 57

Les mauvaises odeurs dans le collimateur

Les mauvaises odeurs dans le collimateur

OSONS ! et le réseau des Nez malouins saisissent le préfet et interpellent la ville, la CCI et les entreprises sur les nuisances olfactives et de poussières sur la ville de Saint-Malo.
La brochure est disponible en contactant OSONS! : osons@osons-a-stmalo.com ou osonslair@osons-a-stmalo.com

 

Pour signer la lettre ouverte ici ou

Contacter Osons! l’air :   osonslair@osons-a-stmalo.com  ,  Facebook   ,  Twitter

Osons! – Guichet des Associations

40 ter Square des Caraïbes

35400 ST MALO

Téléphone : 07 69 07 83 57

Relevé des nuisances à Saint-Malo – Mai 2018

Relevé des nuisances à Saint-Malo – Mai 2018
L’an prochain, les « étonnants voyageurs » s’offriront un voyage au pays des étranges odeurs : Saint-Servan.

En effet, la palme des nuisances revient une fois de plus à Saint-Servan : sur 115 constatations, 87 concernent le quartier Saint-Servan – Solidor, dans ce relevé du mois de mai.

Télécharger (PDF, 153KB)

15 mois de relevés, réalisés par le réseau des Nez malouins, ont été compilés, analysés et cartographiés dans une brochure « malo NEZ », publiée en avril 2018.
Cette brochure est destinée à informer, alerter citoyens et médias et à appeler les autorités à se saisir de la question.
—————————————————————————————–

Signaler une nuisance olfactive ou de poussières ici

Signer la lettre ouverte ici ou

Contacter Osons! l’air :   osonslair@osons-a-stmalo.com  ,  Facebook   ,  Twitter

Osons! – Guichet des Associations – 40 ter Square des Caraïbes – 35400 ST MALO

Téléphone : 07 69 07 83 57

malo NEZ – La saisine du Préfet

30 mai 2018

Saint-Malo. 963 relevés de mauvaises odeurs en quinze mois

31 mai 2018

Odeurs. Le réseau des nez rend sa copie

Le collectif Osons ! ne veut plus se pincer le nez

15 mois de relevés, réalisés par le réseau des Nez malouins, ont été compilés, analysés et cartographiés dans une brochure « malo NEZ », publiée en avril 2018.
Cette brochure est destinée à informer, alerter citoyens et médias et à appeler les autorités à se saisir de la question.

La brochure est disponible en contactant OSONS! : osons@osons-a-stmalo.com ou osonslair@osons-a-stmalo.com

Port de Saint-Malo. Des poussières qui font tousser Osons !

Port de Saint-Malo. Des poussières qui font tousser Osons !

L’association citoyenne Osons! diffuse une vidéo

Sur le port de Saint-Malo…

Ces photos témoignent de la pratique du déchargement au godet sur le port de Saint-Malo, qui entraîne la dispersion de poussières aux quatre coins de la ville.

Gepostet von Osons l'AIR à Saint-Malo am Mittwoch, 16. Mai 2018

montrant la dispersion des poussières au moment des déchargements des bateaux dans le port de Saint-Malo. Un montage de photos datant d’avril 2018. Elle entend ainsi dénoncer le problème des déchargements au godet.

Pour signer la lettre ouverte ici ou

Contacter Osons! l’air :   osonslair@osons-a-stmalo.com  ,  Facebook   ,  Twitter

Osons! – Guichet des Associations

40 ter Square des Caraïbes

35400 ST MALO

Téléphone : 07 69 07 83 57

Relevé des nuisances à Saint-Malo – Avril 2018

En avril 2018, les malouins de tous les quartiers – d’Intra-Muros à La Découverte, de Rothéneuf à Saint-Servan – dénoncent les nuisances olfactives et rappellent également une autre pollution malouine : la dispersion des poussières lors des déchargements des bateaux, à visionner dans le photo-montage suivant :

Et ci-dessous, les Nez malouins vous présentent
leur relevé de nuisances olfactives et de poussières du mois d’avril 2018 :

Télécharger (PDF, 120KB)

 

Signaler une nuisance olfactive ou de poussières ici

Signer la lettre ouverte ici ou

Contacter Osons! l’air :   osonslair@osons-a-stmalo.com  ,  Facebook   ,  Twitter

Osons! – Guichet des Associations – 40 ter Square des Caraïbes – 35400 ST MALO

Téléphone : 07 69 07 83 57

 

 

Relevé des nuisances à Saint-Malo – Mars 2018

Relevé des nuisances à Saint-Malo – Mars 2018

Mars 2018 en chiffres :

111 constats réalisés sur 11 quartiers.
29 jours de pollutions olfactives, 2 jours de répit !

Et pourtant… lors de la porte ouverte de la Timac du mois de mars, il avait été annoncé que l’usine de la Z.I. Sud serait arrêtée pour maintenance.

Avec de telles statistiques, l’alerte reçue le premier jour du mois suivant …

Intensité : Très forte  Ressenti : Très gêné  Observations : Poisson avarié

Lieu : Avenue Aristide Briand  Date : 01/04/2018  Heure : 12h

Nombre de personnes ayant fait le relevé : 999

   … est-elle une farce ?

Télécharger (PDF, 146KB)

 

Pour signer la lettre ouverte ici ou

Contacter Osons! l’air :   osonslair@osons-a-stmalo.com  ,  Facebook   ,  Twitter

Osons! – Guichet des Associations – 40 ter Square des Caraïbes – 35400 ST MALO

Téléphone : 07 69 07 83 57

 

Relevé des nuisances à Saint-Malo – Février 2018

Les poumons de l’immobilier sont-ils solides ?

Une nouvelle fois, sur le répondeur d’OSONS!, l’appel d’une personne avant son rendez-vous avec un agent immobilier. Cette personne envisage d’acheter un bien, mais ayant entendu parler des odeurs à Saint-Malo, elle préfère appeler OSONS! pour en avoir le détail, écoutez…*

 

Prudents, nous nous sommes contentés de renvoyer l’intéressé vers les relevés mensuels des Nez malouins, publiés chaque mois sur notre site. Après tout, il s’agit d’un constat, il pourra juger par lui même.

Qui sait ? Le métier ou le costume d’agent immobilier risque d’être sérieusement modifié à l’avenir.

Pour ce mois-ci, les trois quartiers où l’immobilier peut se faire du souci sont Saint-Servan – Solidor, Rocabey – Alsace – Gare et La Marne.

Mais ne croyez pas qu’ailleurs ce soit meilleur ! Selon la direction du vent, d’autres quartiers de Saint-Malo peuvent être touchés. Voici un témoignage* que nous avons reçu, l’automne dernier, concernant la Montagne Saint-Joseph dans le quartier Espérance – Cottages :

 

* Le répondeur d’OSONS! enregistre régulièrement le mal-être ou les interrogations des malouins ou néo-Malouins. Les questionnements ou témoignages que nous publions sont anonymisés.

 

 Enfin ici, les Nez malouins vous présentent leur relevé du mois de février 2018, qui pèse 108 constations de nuisances olfactives et de poussières !

 

Télécharger (PDF, 130KB)

 

 

Pour signer la lettre ouverte ici ou

Contacter Osons! l’air :   osonslair@osons-a-stmalo.com  ,  Facebook   ,  Twitter

Osons! – Guichet des Associations – 40 ter Square des Caraïbes – 35400 ST MALO

Téléphone : 07 69 07 83 57

 

Le groupe Roullier ouvre ses sites au public

Le groupe Roullier ouvre ses sites au public

Tous les mois, sauf en mai, des visites sont organisées dans les unités de production de Timac Agro.

Face à la mobilisation des malouins, le groupe Roullier se voit contraint à communiquer en ouvrant les portes de ses sites de production. N’hésitons pas à nous y rendre et à poser toutes les questions pour transformer une opération de communication en moyen d’information !

Quel est l’enjeu des portes ouvertes ?

Ouest-France du 12 février 2018

Relevé des nuisances à Saint-Malo – Janvier 2018

En janvier 2018, les Nez des quartiers Saint-Servan et La Marne, épargnés par les vents du Nord-Est et Nord-Ouest et donc par les nuisances olfactives, ont relevé les nuisances lors de leurs déplacements dans la ville.

Par ailleurs, grâce à notre formulaire en ligne,

Signaler une nuisance olfactive ou de poussière

les Nez occasionnels sont de plus en plus nombreux à nous faire part de leurs constatations.

D’autres, à la Montagne Saint-Joseph, nous ont fait parvenir leur témoignage : « Suite à des odeurs très suffocantes et des retombées opaques dans l’air, nous avons contacté les bureaux de la TIMAC ce jour vers 11 H 30 pour signaler ces nuisances… C’est systématique à chaque fois que nous avons des vents d’Ouest nous subissons ces nuisances ». Après vérification, ce jour-là, les vents venaient du Sud-Sud-Ouest, ce qui indique l’origine des nuisances dans la Zone industrielle Sud où se situe Timab-Phosphéa et Timac Agro.

Enfin, ce mois-ci encore, nous avons reçu, une demande d’information d’un acheteur potentiel de bien immobilier à Saint-Malo.

Un clic sur ” Télécharger (PDF,159KB) ” et vous pouvez prendre connaissance du relevé des nuisances pour le mois de janvier 2018, établi à partir des constats faits sur formulaire de notre site ou envoyés par le réseau des Nez malouins :

Télécharger (PDF, 159KB)

Ce relevé est adressé à : Timac Agro, CCI Ille-et-Vilaine, AirBreizh, ARS35, DCIAD, DDCSPP35, DREAL, Ouest-France, Le Télégramme, Le Pays Malouin

 

Signaler une nuisance olfactive ou de poussière ici 

Pour signer la lettre ouverte ici ou

Contacter Osons! l’air :   osonslair@osons-a-stmalo.com  ,  Facebook   ,  Twitter

OSONS! – Guichet des Associations

40 ter Square des Caraïbes

35400 ST MALO

Téléphone : 07 69 07 83 57

 

Relevé des nuisances à Saint-Malo – Décembre 2017 et vœux pour 2018

Relevé des nuisances à Saint-Malo – Décembre 2017 et vœux pour 2018

PUISSE DÉCEMBRE 2017 AUGURER DE L’ANNÉE 2018…

Télécharger (PDF, 147KB)

… NOUS FORMONS LE VŒU QUE 2018 NOUS APPORTERA CONNAISSANCE ET QUIÉTUDE SUR LA QUALITÉ DE L’AIR MALOUIN.

Avec l’aimable autorisation de Jean-François Batellier : dessin de janvier 1997, disponible en carte postale de collection (http://www.jf-batellier.com).

 

RECEVEZ TOUS NOS VŒUX DE SAINE RESPIRATION.

 

Signaler une nuisance olfactive ou de poussière ici 

Pour signer la lettre ouverte ici ou

Contacter Osons! l’air :   osonslair@osons-a-stmalo.com  ,  Facebook   ,  Twitter

OSONS! – Guichet des Associations

40 ter Square des Caraïbes

35400 ST MALO

Téléphone : 07 69 07 83 57

 

Relevé des nuisances à Saint-Malo – Novembre 2017

Relevé des nuisances à Saint-Malo – Novembre 2017

Le réseau des Nez malouins poursuit son travail – collecter les signalements des nuisances olfactives ou des poussières à Saint-Malo – commencé il y a un an et demi et vous propose ici le relevé du mois de novembre 2017 :

Télécharger (PDF, 175KB)

Dorénavant, il est également possible de faire les signalements de nuisance directement sur le site de l’association OSONS! en remplissant le formulaire dédié, accessible en cliquant sur le bouton Signaler une nuisance olfactive ou de poussière en haut, à gauche du site.
Ce formulaire s’adresse à tou·te·s celles et ceux qui souhaitent faire un signalement d’une nuisance olfactive ou de poussière, et bien sûr aussi aux Nez du réseau des Nez malouins.

Pour signer la lettre ouverte ici ou

Contacter Osons! l’air :   osonslair@osons-a-stmalo.com  ,  Facebook   ,  Twitter

 Osons! – Guichet des Associations

40 ter Square des Caraïbes

35400 ST MALO

Téléphone : 07 69 07 83 57

Des précisions après les articles de Ouest-France sur la qualité de l’air

La semaine passée, la qualité de l’air a fait l’objet d’une couverture média rarement égalée par Ouest-France. Même la page humoristique du samedi 4 novembre 2017 s’empare du sujet et se fait l’écho des difficultés de la journaliste qui a courageusement secoué le tapis >

Ces différents articles et interviews sont révélateurs du chemin qu’il reste à faire et de la vigilance à exercer. Ils illustrent en grande partie ce à quoi Osons! a été confronté depuis deux ans. Ils montrent aussi trois mondes qui ne rencontrent pas souvent celui des simples personnes et de leurs associations qui se démènent pour améliorer, voire changer le sort commun qui leur est réservé.

Le monde des élus, qui progresse (peut-être). La preuve, en fin 2016, le président de Saint-Malo Agglomération traitait le réseau des Nez malouins de « Renifleurs », aujourd’hui, il fait financer une étude. Pour autant, nous ne pouvons vous indiquer la hauteur de l’engagement financier correspondant à « l’envergure inégalée » de celle-ci (évoquée dans OF du 1/11/17 ). Les coûts, entendus mais non officiels, de cette étude au bénéfice de toute la population, seraient inférieurs au soutien financier de l’agglomération à un seul skyper (180.000 € en six ans, délibérations 28-2012 et 26-2015) …

Le monde des absents, l’État, la Région, la CCI, dont il est question dans l’article de Ouest France du 31/10/2017. L’État dont le rôle est, rappelons-le, de contrôler les installations classées et dont certains services (la DDAS) s’étaient prononcés négativement lors de l’autorisation demandée par la Timac en 2006. La Région dont nous ne savons pas si le nouveau cahier des charges pour l’exploitation du port comporte des mesures spécifiques pour le déchargement des bateaux. La CCI en attente de l’attente, au risque d’être attendue …

Enfin le monde scientifique. Les articles de Ouest-France, non spécialisés par nature, laissent transparaître des éléments à relever dès maintenant pour éviter les impasses de demain.

  • Les mesures des émanations d’odeurs, de poussières et donc de leur inhalation directe, doivent porter sur les pics et les fréquences et pas seulement sur les moyennes annuelles évoquées par le journal. Pour illustrer, un faible ensoleillement annuel n’a jamais empêché les coups de soleil et leurs conséquences immédiates ou différées.
  • Il est incompréhensible de dire que les particules issues des industries de Saint-Malo, seraient classées dans la catégorie des nuisances sans relation avec les risques sanitaires et dans le même temps que leur type est inconnu. Si certaines particules, provenant de la pollution automobile notamment, ont la facilité à pénétrer profondément dans les poumons, n’y a-t-il parmi les aspects sanitaires que cette particularité à surveiller ?
  • Que les particules ne soient pas quantifiées dans l’air de Saint-Malo, c’est une chose, mais que leur type soit inconnu serait une découverte grave et étonnante. D’autant que la CCI et la Timac sont parties prenantes au dossier, les filtres des installations industrielles malouines en sont certainement remplis. Cependant, si cela était le cas, à quoi servent les analyses régulières des entreprises et leur contrôle par l’État ? seront-elles confrontées aux résultats d’Air Breizh ?

La transparence et la participation citoyenne sont essentielles dans ce dossier, sans la seconde il n’y aurait aucune chance d’obtenir la première. Les mois de mobilisation du réseau des Nez malouins ( que chacun peut rejoindre ) et d’OSONS! ont montré qu’au final la détermination peut bousculer l’apathie, voire les moqueries.

D’ores et déjà les relevés mensuels effectués sur les odeurs dans la ville ont permis d’objectiver ce qui, auparavant, se disait sous le manteau ou plutôt sous le mouchoir. Nous savons que les exigences imposées en matière d’émanation d’odeur ne sont pas respectées. Nous savons que les autorités disposent de l’ensemble des relevés que nous continuons d’effectuer. Nous espérons, malgré les témoignages récurrents, que la santé des malouins n’est pas affectée par une mauvaise qualité de l’air. Nous exigeons que ceux qui en sont responsables, ou qui ont la charge de leur contrôle, y mettent fin sans attendre. Nous exigeons que toutes les pièces de ce dossier, dont le détail des analyses et leur cahier des charges (que nous demandons en vain pour l’instant), soient portées à la connaissance du public.

Le comité d’animation d’OSONS!

Les dessinateurs de Ouest-France ne manquent pas d’air

Vu dans Ouest-France de Samedi 4/11/2017 (compris le commentaire)

” Apnée (nez) médiatique. Pas facile à Saint-Malo d’obtenir des éclaircissements spontanés sur la qualité de l’air, même si les mauvaises odeurs et les mousses abondantes laissent supposer que ce que nous respirons n’est pas parfait. Si ce n’était pas le cas, pourquoi se donnerait-on autant de mal pour esquiver nos questions ? Quand la presse vient renifler un tel sujet (enquête de Ouest-France de mardi et mercredi), d’aucuns retiennent leur souffle…l’air de rien. “

 

Relevé des nuisances à Saint-Malo – Octobre 2017

Peu transparente, la qualité de l’air inquiète

Le relevé des nuisances du mois d’octobre 2017 est d’une “envergure inégalée” !

Et les témoignages et les signatures sur la pétition se multiplient.

Télécharger (PDF, 201KB)

Pour signer la lettre ouverte ici ou

Contacter Osons! l’air :   osonslair@osons-a-stmalo.com  ,  Facebook   ,  Twitter

Osons! – Guichet des Associations

40 ter Square des Caraïbes

35400 ST MALO

Téléphone : 07 69 07 83 57

 

Une étude en cours, ” d’une envergure inégalée en Bretagne “…

Une étude en cours, ” d’une envergure inégalée en Bretagne “…

Le dossier AIR Ouest-France, deuxième volet !

Enfin quelques éléments du cahier des charges de la mission confiée à Air Breizh que nous avions demandé dès le 27 septembre 2016 au Président de Saint-Malo Agglomération > Lettre ouverte à Monsieur le Président de Saint-Malo Agglomération .

Nous avons renouvelé notre demande de transparence en juillet 2017 .

« Qualité de l’air : enfin ils bougent ! » tel était le titre de notre communiqué de presse du 16 octobre 2017 (non publié ou très partiellement repris par la presse locale) dans lequel nous demandions que la démarche de transparence commence par la publication du cahier des charges de la mission confiée à Air Breiz. Même si l’option demandée à AirBreizh est la plus complète, cette requête reste d’actualité.

Osons! adresse chaque mois le relevé des nuisances établi par le réseau des Nez malouins à la DREAL.

Quel citoyen savait que la qualité de l’air relevait de la compétence d’un centre anti-poison ( http://www.centres-antipoison.net/ ) ?

Au regard des constatations que nous recevons (essentiellement des nuisances olfactives), il nous paraît irresponsable d’inciter d’appeler (au risque d’engorger) la ligne téléphonique d’un centre anti-poison dont le rôle est notamment d’apporter une aide par téléphone à la prise en charge et au traitement des intoxications.

Par ailleurs, le numéro de téléphone mentionné ne se trouve pas sur le site de la DREAL  mais sur le site de la préfecture d’Ille et Vilaine .

Osons! est heureux de voir qu’il s’agit d’une démarche de territoire car la pollution ne connaît pas de frontière.

Même si, selon Saint-Malo-Agglo, « cette initiative ne répond pas à une quelconque inquiétude », nous pensons que c’est la pression citoyenne qui a fait bouger les responsables politiques, économiques et industriels !

 

Pour signer la lettre ouverte ici ou

Contacter Osons! l’air :   osonslair@osons-a-stmalo.com  ,  Facebook   ,  Twitter

Osons! – Guichet des Associations

40 ter Square des Caraïbes

35400 ST MALO

Téléphone : 07 69 07 83 57

Peu transparente, la qualité de l’air inquiète…

Peu transparente, la qualité de l’air inquiète…

Un dossier AIR Ouest-France !

Ballade toxique , pétitions et lettres ouvertes, les associations citoyennes alertent et s’inquiètent : la qualité de l’air est-elle satisfaisante ? Les réponses se font parfois attendre…

La CCI et le groupe Roullier (TIMAC / Timab-Phosphea) préfèrent la communication à l’information.

Malouines, Malouins, comme Anne, osez témoigner !

Jaune d’œuf, jaune poussin, jaune citron, jaune moutarde, jaune iris, … Jaune Toit-Malouin !

Sur le site Ouest-France

Pour signer la lettre ouverte ici ou

Contacter Osons! l’air :   osonslair@osons-a-stmalo.com  ,  Facebook   ,  Twitter

Osons! – Guichet des Associations

40 ter Square des Caraïbes

35400 ST MALO

Téléphone : 07 69 07 83 57

Qualité de l’air, enfin ils bougent !

Qualité de l’air, enfin ils bougent !

Le site actu.fr a publié une information sur les campagnes d’analyse de l’air et des poussières confiées à AirBreizh par Saint-Malo Agglomération.
Enfin ! les actions (la pétition, le réseau des Nez malouins, les rassemblements, la manifestation à la gare, la rencontre avec la Timac) menées par Osons ! et les Nez depuis deux ans, ont permis de secouer des dizaines d’années d’inertie.

L’article précise que « les résultats seront publiés » « (1er semestre 2018) sous réserve d’analyses complémentaires ». Mais c’est dès aujourd’hui qu’il faut instaurer la transparence dans ce dossier en publiant son cahier des charges pour qu’un véritable contrôle citoyen soit réalisé sur la nature, l’objet et les moyens de la recherche. Osons ! l’a réclamé dès le mois de juillet 2017. Compte tenu de l’inquiétude de la population, chacun pouvait s’attendre à ce que cette publication soit spontanée de la part de nos élus. Puisque ce n’est pas le cas, Osons ! renouvelle donc officiellement et publiquement sa demande de libre accès des citoyens aux documents par un courrier recommandé dès le lundi 16 octobre 2017.
Outre la qualité de l’air essentielle sur le plan de la santé, la lutte contre les nuisances, dissémination des poussières et des odeurs, ne pourra se réaliser sans investissements volontaires ou non, dont la décision appartient aux premiers responsables, entreprises, État et responsables portuaires.
Osons ! et le réseau des Nez malouins demeureront vigilants et actifs dans cette seconde étape.

Note : Ce communiqué a été adressé à la presse locale le 16 octobre 2017

Pour signer la lettre ouverte ici ou

Contacter Osons! l’air :   osonslair@osons-a-stmalo.com  ,  Facebook   ,  Twitter

Osons! – Guichet des Associations

40 ter Square des Caraïbes

35400 ST MALO

Téléphone : 07 69 07 83 57

 

 

Relevé des nuisances à Saint-Malo – Septembre 2017

SEPTEMBRE 2017 : une vraie rentrée !

Si les mois d’été ne constituent pas une nette rupture  dans le domaine des pollutions olfactives, le mois de septembre marque une vraie rentrée (8 pages d’observations, un record !). De la Découverte au Sillon, de la Guymauvière à Saint-Servan, du lycée Jacques Cartier à l’Hôpital, de la Médiathèque à Carrefour, … les Malouin-e-s ne peuvent ignorer que les vacances sont terminées !

Télécharger (PDF, 184KB)

Pour signer la lettre ouverte ici ou

Contacter Osons! l’air :   osonslair@osons-a-stmalo.com  ,  Facebook   ,  Twitter

Osons! – Guichet des Associations

40 ter Square des Caraïbes

35400 ST MALO

Téléphone : 07 69 07 83 57

 

Paroles de malouins lors de la Journée Nationale de la qualité de l’air 2017

À l’occasion de la  Journée Nationale de la Qualité de l’Air, OSONS! et le réseau des Nez malouins étaient présents sur l’Esplanade Saint-Vincent à Saint-Malo.

Depuis des mois nous entendons des témoignages anxieux, accusateurs,, fatalistes ou révoltés, mais surtout des témoignages que personne ne veut  entendre, relayer et surtout pas relier.

De la gêne à la maladie nous entendons des dizaines de récits. C’est toujours l’occasion d’échanger avec vous et de “sentir” la frustration liée au manque de transparence. C’est aussi celle de constater que notre action est suivie tout au long de l’année , bien reçue et soutenue.

Mais cette fois encore, parce que c’est votre parole qui compte, nous renversons le processus.

ÉCOUTEZ-VOUS !

Parole de citoyen sur l’air n°1

Parole de citoyen sur l’air n°2

Parole de citoyen sur l’air n°3

Pour signer la lettre ouverte ici ou

Contacter Osons! l’air :   osonslair@osons-a-stmalo.com  ,  Facebook   ,  Twitter

Osons! – Guichet des Associations

40 ter Square des Caraïbes

35400 ST MALO

Téléphone : 07 69 07 83 57

 

 

Relevé des nuisances à Saint-Malo – Août 2017

Août, le mois des vacances ! … Et malgré les vacances de plusieurs Nez malouins, le relevé est, comme l’air, trop chargé :

Télécharger (PDF, 166KB)

Pour signer la lettre ouverte ici ou

Contacter Osons! l’air :   osonslair@osons-a-stmalo.com  ,  Facebook   ,  Twitter

Osons! – Guichet des Associations

40 ter Square des Caraïbes

35400 ST MALO

Téléphone : 07 69 07 83 57

 

 

Relevé des nuisances à Saint-Malo – Juillet 2017

Ouest-France en parle ici

C’est l’été, le relevé est heureusement plus léger !

Vous pouvez le consulter ci-dessous :

 

Télécharger (PDF, 159KB)

Pour signer la lettre ouverte ici ou

Contacter Osons! l’air :   osonslair@osons-a-stmalo.com  ,  Facebook   ,  Twitter

Osons! – Guichet des Associations

40 ter Square des Caraïbes

35400 ST MALO

Téléphone : 07 69 07 83 57