• ————————————————————————————————————————————————————————————–

♠ À propos du Musée d’Histoire Maritime ♠

♠ À propos du Musée d’Histoire Maritime ♠

Le maire a présenté, jeudi 22 février 2018, le choix de l’architecture du musée maritime. Ce choix fait l’objet de commentaires parfois très sévères quant à « l’esthétique » du bâtiment.

Il ne s’agit pas pour nous de discuter un choix architectural.

Cependant, force est de constater deux difficultés :

  1. Chaque architecte a ses obsessions, pour l’architecte lauréat du concours, la recherche d’un type de volume, comme le montre son site. Les initiés parleront de « l’univers » de l’architecte. Reste à savoir si la science de l’architecte est de s’adapter au projet ou de nous adapter à ses recherches.
  2. Concevoir un musée, c’est servir la culture ; vouloir en faire un monument, à qui cela sert-il ? La confusion des deux se traduit par l’image d’un musée qui, dès son approche, nous inflige sa stature quand il devrait nous dévoiler son esprit.

Dans tous les cas, ce choix génèrera des « pro » et des « anti » ; nous pouvons lui préférer le débat sur :

  • Les procédures de décision sur des projets aussi importants (30 millions d’euros)

Les procédures de décisions, fussent-elles strictes en la matière, n’empêchent nullement, sinon une consultation, du moins une information de la population, puisqu’au final, il revient au maître d’ouvrage (le conseil municipal) de choisir quel que soit l’avis du jury. On aurait pu imaginer que les deux projets arrivés ex æquo, voire les 4 derniers en compétition, soient présentés aux malouins. N’est-ce pas la meilleure façon de faire en sorte que la population s’approprie un tel équipement culturel. Le choix aurait-il été obligatoirement différent ?

  • Le contenu du musée

Imaginés pour répondre à des questions d’aménagement urbain, architecturales et touristiques, les enjeux présentés dans le programme du musée semblent laisser peu de place à la question de la mer dans le futur. Faire de notre passé un tremplin pour un avenir basé sur la connaissance, la préservation et l’utilisation de 70% de la planète (surface des océans) est l’un des enjeux essentiels pour Saint-Malo. L’économie, la recherche, l’enseignement universitaire sont les déclinaisons de cet enjeu.

Osons! avait formulé le souhait de voir s’ouvrir un Centre de Cultures Scientifique, Technique et Industrielle (CCSTI) à l’exemple de La Maison de la Mer à Lorient.

Ce projet est-il le complément d’un musée, peut-il s’intégrer dans le cadre du musée ?

C’est l’un des multiples aspects de ce dossier, nous ouvrons le débat.

Faites part de vos réflexions, réagissez aux commentaires… en deux mots, osons débattre !

 

OSONS! débat, débattez avec OSONS!

Nous faisons la tentative d’ouvrir aux commentaires les articles placés sous l’onglet OSONS! débat. Leur titre est signalé par unnoir.

Il ne s’agit pas d’un espace de discussion comme sur Facebook, mais d’un partage d’arguments destinés à l’ouverture, au développement et à l’enrichissement des débats.

C’est notre capacité technique et le temps nécessaire qui définiront l’évolution de cette initiative. Le principal de notre action est tourné vers le contact direct avec les citoyens ce que nous privilégierons dans tous les cas.

Le Comité d’animation

♠ Nos émotions nous commandent, les médias commandent nos émotions et qui commande les médias ? ♠

♠ Nos émotions nous commandent, les médias commandent nos émotions et qui commande les médias ? ♠

Après une préparation de plusieurs années, par les gouvernements successifs, les grandes manœuvres pour la privatisation de la SNCF débutent dans  un savant mélange de communication, d’informations calibrées et de scénarisation de la peur de LA GRÈVE.

L’exercice consiste à annoncer puis dés-annoncer les mesures qui touchent la population dans son entier (les petites lignes). Ensuite, il s’agit de focaliser l’attention du grand nombre de ceux qui sont soulagés du sauvetage des petites lignes, pour  dénoncer les responsables des difficultés, les autres, ceux dont le statut est plus favorable que celui imposé à ce grand nombre. Bizarrement ces derniers temps, les statuts de Bettencourt ou Carlos Ghosn font moins parler, mais qui cela pourrait-il servir ?

La suite prévue par nos gouvernants est la cession progressive au privé du service public du transport ferroviaire, auquel nous participons tous . Le privé qui se chargera de fermer les dernières petites lignes, ce que l’État a largement commencé depuis longtemps sans le dire, ou mieux il les revendra aux collectivités territoriales, histoire de gagner sur tous les tableaux.

Sans aller au fond de cette affaire, chacun d’entre nous doit être vigilant sur l’œuvre de façonnage des esprits qui est en marche. Pour exemple la dette de la SNCF est de 47 milliards et d’après un expert du 20h de France 2, aucune entreprise privée ne pourraient survivre dans ces conditions. Étonnant, ils ne se souviennent pas des titres de novembre dernier “Altice : Drahi veut sortir la dette de l’eau” (50 milliards de dette).

Vous trouvez peut-être que c’est exagéré, mais un petit exemple morbide du choix des médias publiés dans le Monde diplomatique vous édifiera (voir le graphique publié). Même l’horreur est calibrée selon le besoin. Mogadiscio est-il plus éloigné de nous que New-York ?  Les hommes de l’un où l’autre lieu seraient-ils plus proches de nous, plus civilisés, plus chrétiens, moins ou plus humain ? Et cette proximité est-elle quantifiable en temps d’information ?

Nos émotions nous commandent, les médias commandent nos émotions et qui commande les médias ?