• ————————————————————————————————————————————————————————————–

♠ À propos du Musée d’Histoire Maritime ♠

Le maire a présenté, jeudi 22 février 2018, le choix de l’architecture du musée maritime. Ce choix fait l’objet de commentaires parfois très sévères quant à « l’esthétique » du bâtiment.

Il ne s’agit pas pour nous de discuter un choix architectural.

Cependant, force est de constater deux difficultés :

  1. Chaque architecte a ses obsessions, pour l’architecte lauréat du concours, la recherche d’un type de volume, comme le montre son site. Les initiés parleront de « l’univers » de l’architecte. Reste à savoir si la science de l’architecte est de s’adapter au projet ou de nous adapter à ses recherches.
  2. Concevoir un musée, c’est servir la culture ; vouloir en faire un monument, à qui cela sert-il ? La confusion des deux se traduit par l’image d’un musée qui, dès son approche, nous inflige sa stature quand il devrait nous dévoiler son esprit.

Dans tous les cas, ce choix génèrera des « pro » et des « anti » ; nous pouvons lui préférer le débat sur :

  • Les procédures de décision sur des projets aussi importants (30 millions d’euros)

Les procédures de décisions, fussent-elles strictes en la matière, n’empêchent nullement, sinon une consultation, du moins une information de la population, puisqu’au final, il revient au maître d’ouvrage (le conseil municipal) de choisir quel que soit l’avis du jury. On aurait pu imaginer que les deux projets arrivés ex æquo, voire les 4 derniers en compétition, soient présentés aux malouins. N’est-ce pas la meilleure façon de faire en sorte que la population s’approprie un tel équipement culturel. Le choix aurait-il été obligatoirement différent ?

  • Le contenu du musée

Imaginés pour répondre à des questions d’aménagement urbain, architecturales et touristiques, les enjeux présentés dans le programme du musée semblent laisser peu de place à la question de la mer dans le futur. Faire de notre passé un tremplin pour un avenir basé sur la connaissance, la préservation et l’utilisation de 70% de la planète (surface des océans) est l’un des enjeux essentiels pour Saint-Malo. L’économie, la recherche, l’enseignement universitaire sont les déclinaisons de cet enjeu.

Osons! avait formulé le souhait de voir s’ouvrir un Centre de Cultures Scientifique, Technique et Industrielle (CCSTI) à l’exemple de La Maison de la Mer à Lorient.

Ce projet est-il le complément d’un musée, peut-il s’intégrer dans le cadre du musée ?

C’est l’un des multiples aspects de ce dossier, nous ouvrons le débat.

Faites part de vos réflexions, réagissez aux commentaires… en deux mots, osons débattre !

 

Taggé , , .Mettre en favori le Permaliens.

7 réponses à ♠ À propos du Musée d’Histoire Maritime ♠

  1. AIRVELO dit :

    Nous avions été absolument interloqués par l’inspiration lumineuse de Monsieur Couanau de faire de son acquisition à bon prix du centre des impôts intramuros (place Lamennais) un musée de la Marine ! Sur le rocher ! Quand à Dunkerque, La Rochelle, Marseille, etc… ce type de dispositif a les pieds dans l’eau ! Nous avions réagi !
    Aujourd’hui Monsieur Renoult, encombré par le vieux projet et par un vieux silo au fond du bassin Dugay-Trouin, croit avoir la solution.
    Il faut réagir.
    Dabord en commençant par dire qu’il est évident que confier à des gestionnaires rationnels la projection d’un pôle d’exception à la hauteur du lieu des plus grandes marées d’Europe nous expose à l’absence de toute vision romantique !
    Un Musée au coeur de l’exploitation portuaire, entre des chantiers navals de pointe et un armement de pêche !
    Comment saborder le développement prometteur d’un plateau technique de construction navale initié au fond de ce bassin, alors qu’on se dit préoccupé par l’économie locale, en voulant y inscrire sur ses quais un sanctuaire ?!
    Le commandant du port doit rappeler alors qu’il doit être réservé à l’initiative, ou alors nous verrons bientôt les promoteurs immobiliers s’emparer là aussi des espaces libres pour offrir des terrasses en plein soleil à prix d’or et à propos !
    Fi d’un bâti de prestige à cet endroit !

    Quant à l’ambitieuse, mais légitime, implantation d’un Centre de Cultures scientifiques, techniques et industrielles, à laquelle nous avions réfléchi, pour mettre en avant notre unicité, facteur de grande réputation internationale, il ne peut s’agir d’un simple espace de conservation, dont est chargé un Musée. Il faut couvrir tous les temps; Le Passé, Le Présent et Le Futur .Et concentrer les vitrines des domaines d’exploitation (pêche, recherches, énergies, analyses….)
    C’est ce que nous avions écrit dans la presse en 2014!
    Et nous étions allés même jusqu’à proposer un emplacement. Un super Pôle avec des passerelles de circulation entre les bâtis de la piscine/salle de sport, voire des services d’urbanisme tous dédiés au Centre de la Mer, et des bateaux de collection accostés au quai sud du Vauban. Le super pôle européen du Naye qui vit, qui s’anime et regarde avantageusement tout le port et notre vieille cité.

    Au lieu de cela, un temple, moderne, pour interdire tout espoir d’industrie ! Quel renouveau !

    • Marc Treizepoints dit :

      “”Un temple moderne”” sanctuaire”
      Un musée comme le Louvre et sa pyramide ou comme celui de saint malo serait des “temples”
      c’est un peu outrancier comme formulation qui verrait un musée devenir un temple et donc ses visiteurs des adorateurs ( pas respectueux du publics) et ses initiateurs des grands prêtres.
      je ne sais pas ce que c’est qu’un bâtiment moderne sauf à l’opposer à un bâtiment récent pastichant l’ancien.

  2. François GILARDIN dit :

    Je ne vois pas comment un architecte pourrait faire de la non architecture.
    Je pense que pendant plusieurs décennies à Saint Malo il y a eu cette architecture sans parole d’architecte , une architecture moulée dans un moule néo-balnéaire.
    cette oeuvre d’architecte ne m’inflige rien, au contraire elle me réjouis après tant d’années de disette architecturale.
    Je n’ai rien contre l’architecture néo balnéaire et certains éléments sont de vraies réussites dans ce style sauf que pour moi l’architecture doit imposer un présent, le néo balnéaire n’impose qu’une copie du passé,
    l”architecture doit dater son époque et dater la ville .

  3. Michel Moisson dit :

    Quel visage voulons-vous pour notre ville pour les prochaines décennies ?
    – je constate que nous avons un Office du Tourisme à l’architecture discutable, mais surtout qu’il est situé sur une esplanade dont le récent aménagement n’est pas franchement réussi. Le donjon du château passe presque inaperçu selon le lieu où l’on se place,
    – je constate qu’on veut nous imposer un “sémaphore”, alors que nous disposons de phares esthétiques et pourvus d’histoire, ( que de beaux amers avec nos clochers) et surtout un IGH qui ferait des petits,
    – je constate qu’on veut bâtir sur l’ex camping des Nielles un bâtiment au gabarit imposant qui briserait l’harmonie de notre littoral, d’Aleth à la Varde.
    Sans être passéiste, au contraire, ( car l’argument est facile) pourquoi, pour changer une ville, faut-il une architecture qui “provoque”, qui “en jette”, qui ne fasse pas consensus et qui…coùte chère ( 30 millions pour l’empilement des boites du futur musée !)
    N’est pas Haussmann qui veut…
    Ne faisons pas de St Malo que certains nomment “la belle endormie” (ce que je ne pense pas) la belle “enlaidie” !!

    Je constate…sans juger !!!!

    • Marc Treizepoints dit :

      je constate que :
      vous jugez que l’office de tourisme à une architecture détestable
      vous jugez que l’aménagement de l’esplanade n’est pas réussie
      etc
      moi de mon coté je juge que le sémaphore qui ne sera probablement pas un IGH vient par sa verticalité contre balancer les 2 grosses masses horizontales bordant la grande passerelle et les immeubles longeant la voie ferrée.

      le projet des Nielles ne viendra pas dénaturer un site bordé de part et d’autre de Villas privatisant le front de mer et cote intérieur par une zone pavillonnaire sans parti architectural
      Vu de la mer le projet peut se fondre dans une coté urbanisée .

      Chaque période de l’histoire de Saint malo est datée par son architecture pourquoi refuserions nous de dater notre époque.

  4. Marc Treizepoints dit :

    Dans un musée d’histoire maritime ce qui prépare le futur c’est la connaissance du passé .
    Nous avons à Dinard tout proche le CRESCO qui lui est tourné vers le présent et le futur de la mer
    c’est 2 entités peuvent être complémentaires.

  5. Marc Treizepoints dit :

    chaque architecte à son propre style comme un peintre ou un écrivant .
    Pourtant c’est dans d’adéquation du projet au site et au cahier des charges que se juge un projet .
    et connaissant l’oeuvre de cet architecte je trouve que sa réponse est sage et adaptée au projet.
    je crois au contraire que tous bâtiments doivent s’affirmer
    on peut vivre dans un cube
    on peut apprendre dans un cube
    on peut mettre un musée dans un cube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *