• ————————————————————————————————————————————————————————————–

Jardin de la Louisiane: vous étiez toujours là et toujours plus nombreux…

Jardin de la Louisiane: vous étiez toujours là et toujours plus nombreux…

DSC00015Dimanche soir, 3 juillet, nous avons été plus de 400 personnes à passer (ou à rester plusieurs heures) au jardin de la Louisiane pour soutenir le combat des riverains qui se bougent pour que ce lieu (superbe en cette saison…) demeure un bien public

La démonstration est faite qu’avec de l’énergie et de la constance on peut réussir un événement qui a, fait significatif,  permis à de nombreuses personnes en but avec le management “façon Renoult” de se retrouver et d’agréger leurs combats (collège Surcouf, terrain de camping des Nielles, Ecole de Musique…).

Merci encore à tou-te-s ceux -celles- qui ont pris une part à la réussite de cette initiative…qui en appelle d’autres…..jusqu’à l’abandon du projet de lotissement dans le jardin.

Le mouvement social sur la côte d’Emeraude au temps du Front Populaire

Le mouvement social sur la côte d’Emeraude au temps du Front Populaire

L’histoAff Ft Popurien Antoine PROST a écrit:

« Si nous voulons être les acteurs responsables de notre propre avenir, nous avons d’abord un devoir d’histoire ». 

 

Comment ne pas adhérer à cette formule lorsque l’on regarde en parallèle la France des années 1930 et la situation politique et sociale d’aujourd’hui. En ces semaines où est évoqué le quatre-vingtième anniversaire du Front Populaire,  le miroir de l’histoire nous renvoie certains éléments de notre actualité telles que :

  • la tension internationale et les conflits sanglants à proximité et à l’intérieur de l’Europe,
  • la progression des courants et des thèmes de l’extrême-droite (xénophobie, racisme….)
  • le discrédit qui submerge les castes et les institutions politiques, compromises dans nombre de scandales financiers, affairistes..ou convaincu de faire preuve d’autoritarisme ou d’enfreindre leurs propres règles démocratiques.

Aussi, nous a-t-il paru utile de proposer une conférence-débat sur le thème du Front Populaire de manière à réévoquer les thématiques de cette période singulière de notre histoire, lesquelles permettent d’éclairer notre présent.

Toutefois, nous avons choisi d’inscrire cette évocation et ce débat sous un angle et dans une problématique locale, tant il s’avère qu’aucune étude historique n’a examiné les conditions dans lesquelles les populations de notre région malouine ont vécu et traversé la période du Front Populaire.

Les recherches historiques inédites de notre camarade Daniel BOUFFORT constituent le support d’un travail mémoriel, utile pour découvrir ou redécouvrir que notre territoire, sans un être « un bastion du mouvement ouvrier organisé » n’en fut pas moins très concerné par le mouvement social qui secoua le pays pendant toute la période qui va de février 1934 jusqu’aux prémices du second conflit mondial.

Sans doute quelques enseignements à méditer pour les combats d’aujourd’hui…

Entrée libre

Le mouvement social sur la côte d’Emeraude au temps du Front Populaire

Conférence débat : Ouest-France et la question coloniale

Conférence débat : Ouest-France et la question coloniale

affichetteThouroudeL’accession à l’indépendance, à partir de 1945, des pays et des peuples d’Afrique et d’Asie colonisés par les puissances occidentales est un phénomène majeur de l’histoire du monde, dont toutes les conséquences sont encore loin d’être purgées. La colonisation fut brutale et la décolonisation ne se fit souvent qu’au prix de conflits longs et tragiques, sauf lorsque des puissances impériales se résolurent à accepter une transition pacifique vers l’indépendance.

La quatrième République française (1946-1958) décida de transformer l’Empire colonial français en Union française en 1945, dans le but avoué de conserver sa domination sur ses possessions outre-mer. 17 années plus tard, en 1962, l’Empire, à l’exception de quelques confettis, n’existait plus.

Dans son livre, Ouest-France et la question coloniale : 1945-1962, Justice et liberté ?, Jacques Thouroude analyse comment le premier quotidien régional français, de tendance démocrate chrétienne, aborda dans ses colonnes la question coloniale au cours de ces deux décennies. La devise du journal, Justice et Liberté, est rappelée quotidiennement sous son titre. Mais Ouest-France se fit-il le porteur ou se démarqua-t-il de l’idéologie coloniale qui imprégnait la société fran­çaise de l’époque ? Joua-t-il pleinement son rôle d’information ? Participa-t-il, et de quelle manière, aux graves débats qui marquèrent ces années à propos des méthodes de guerre mises en oeuvre par l’armée fran­çaise et de l’usage de a torture ? Pour le dire en une seule phrase, défendit-il la Justice et la Liberté ?

Rappelant que depuis 1945, le quotidien Ouest-France était déjà installé comme média en position dominante sur l’ensemble du grand ouest, le livre de Jacques Thouroude permet d’engager le débat à la fois sur la problématique historique de la colonisation/décolonisation et sur le rôle d’un média sur la formation et l’évolution de l’opinion régionale.

Deux thèmes, qui n’en doutons pas, font écho à des thématiques bien actuelles.

Jacques Thouroude sera l’invité d’Osons !, présentera son livre et animera le débat

Vendredi 4 mars à 20h,

à la mairie annexe de Paramé.

Entrée libre

OF

Ouest-France et la question coloniale

 

Gratuité des transports : Une belle idée à construire

Gratuité des transports : Une belle idée à construire

DSC08840 Vendredi 12 février, en invitant Maglali Giovannangéli (ancienne présidente de la Communauté d’Agglomération d’Aubagne), nous avons remis sur le métier le projet que certain-es d’entre nous avaient soutenu lors de campagne municipale de 2014, la gratuité des transports publics. Nul doute que nous sortons de cette conférence rassérénés, tellement ce projet – à l’exemple de ce qui a été mis en place à Aubagne….et dans bien d’autres villes, de sensibilités politiques très diverses – est loin d’être une utopie et est tout à fait à portée….à condition d’en avoir la volonté politique.

Dans le contexte local actuel, marqué par la polémique sur le stationnement payant à Saint-Malo ville, le thème de  gratuité des transports publics est une alternative, qui – par ailleurs – aurait l’avantage de réactiver le commerce à Saint-Servan et Paramé . Il nous appartient de faire progresser encore cette idée dans l’opinion.

Voyageurs sans ticket, Liberté, Egalité, Gratuité

12 février 2016 : OSONS! vous invite à voyager sans ticket

12 février 2016 : OSONS! vous invite à voyager sans ticket

51IzU9YLvML._SX328_BO1,204,203,200_21 Communes ou Agglomération françaises ont instauré la gratuité des transports publics, 2 autres se sont engagées à le faire. Ces Communes ou Agglomérations sont de toutes tendances politiques. Les résultats sont spectaculaires en terme de fréquentation des transports en commun.

Faire du transport public un bien commun au profit de la liberté de déplacement, cette idée qui fait son chemin a fait débat lors des dernières élections municipales.

Qui paye ? Les impôts augmentent-ils ? Nous lançons ce débat, qui mérite une étude approfondie. Une première indication cependant, les usagers paient de l’ordre de 1,4 million d’euros pour se déplacer et les communes se partagent chaque année, sans condition, 1,8 millions provenant de l’agglomération, donc des impôts perçus non justifiés par l’une de ses compétences ?

  • Accéder facilement aux services publics, aux services d’aide, à l’hôpital quels que soient ses revenus, c’est le volet social du transport collectif.
  • Diminuer le nombre de voitures et la pollution, c’est le volet écologique du transport collectif
  • Permettre à tous le déplacement facile, c’est contribuer à l’un des droits fondamentaux et à l’émancipation de tous.

Pour en savoir plus, tous les habitants de la côte d’Emeraude sont invités à rencontrer Magali Giovannangeli instigatrice de la gratuité du transport à Aubagne et co-auteure du livre « Voyageurs sans ticket, Liberté, égalité, gratuité ». Le vendredi 12 février 2016 à 20 h à la Maison des associations 35 rue Ernest Renan à Saint-Malo

Vous pourrez vous procurer sur place le livre de Magali Giovannangeli et Jean-Louis Sagot-Duvauroux

OSONS !

Voyageurs sans ticket, Liberté, Egalité, Gratuité

Vigilance démocratique contre la constitutionalisation et la prorogation de l’état d’urgence

Pour faire suite à  la réunion d’Osons ! du 28/01 et suite aux échos plutôt favorables qu’a recueilli cette proposition lors du rassemblement, initié par la LDH, le 30/01,  notre association a lancé l’invitation suivante:  

Depuis le 5 février, l’Assemblée Nationale examine un projet de loi constitutionnelle inscrivant l’état d’urgence dans la Constitution et créant des peines de déchéance de nationalité et de suppression des droits attachés à celle-ci en cas de crime ou délit portant une atteinte grave à la vie de la Nation. Les députés se prononceront le 10 février.

Parallèlement, le Sénat examinera le 9 février un projet tendant à prolonger l’état d’urgence pour une nouvelle période de 3 mois, soit jusqu’au 26 mai 2016.

Considérant que l’instauration et la prorogation de l’état d’urgence n’ont nullement démontré leur efficacité contre les menées terroristes par rapport aux dispositions législatives conventionnelles utilisables antérieurement aux attentats de Paris,

Considérant en revanche les risques majeurs en matière de restrictions permanentes des droits et libertés publics et du statut des personnes que font courir les projets de lois déposés par le gouvernement,

Dans le droit fil du rassemblement qui a réuni le 30 janvier à Saint-Malo, de nombreux citoyen-nes, associations et groupements locaux et pour exprimer leur opposition à toute constitutionalisation et prolongation de l’état d’urgence,

L’association OSONS ! appelle à maintenir la vigilance démocratique et à se rassembler à nouveau le mardi 9 février à 18h30 devant le Pôle Culturel « la Grande Passerelle » (face à la gare SNCF). 

OSONS !