• ————————————————————————————————————————————————————————————–

L’extraction industrielle du sable détruit la biodiversité

Chaque grain de sable compte pour défendre l’environnement et bloquer l’appétit des industriels et fi25 juin 2016_Page_1nanciers. Lorsque les questions d’atteinte à l’environnement se posent à notre porte, pouvons-nous rester ignorants, insensibles, inactifs ?

L’exploitation du maerl est très ancienne. En 2007, on estime que l’exploitation industrielle du maerl  a provoqué la disparition de. 8 des 20 bancs de Bretagne, principalement autour de Saint-Malo.

Aujourd’hui les sables coquilliers remplacent le maerl et aiguisent les appétits, particulièrement en baie de Lannion. Malgré les risques environnementaux, le gouvernement (Macron) a délivré le14/09/2015 de nouveaux droits d’exploitation de 250.000 tonnes par an à la CAN (TIMAC). Trois mois plus tard, avec la même logique, le rejet de boues rouges est autorisé en méditerranée.

Le 25 juin 2016 à 15H devant le siège du Groupe Roullier rue F.RooseveltPeuple des Dunes , association contre l’extraction du sable de la baie de Lannion, viendra manifester contre l’extraction en mer et des atteintes irréversibles à la biodiversité qu’elle provoque.

Les associations locales appellent tous les grains de sable citoyen(ne)s à être présents :

ACEQV, OSONS!, ATTAC, Ligue des Droits de l’Homme, PERF, Confédération Paysanne,ADICCE Cancale Peuples des Dunes BATZ -Bréhat, MEI UDB, Biodol, APRES,  aisec syneries ouest.

Ph Desbrosses docteur en environnement « La terre malade des hommes », Jean-Touly Association Contrat Mondial de l’eau, Lilien LEGOFF «  Manger bio c’est pas du luxe », Manu LPO, G.Prodhomme, Ch. Drouin, André Ollivro « les algues vertes tuent », Jean Luc Touly «L’eau de Vivendi _ Les vérités inavouables », Camille Guillou « Les saigneurs de la terre »

Maerl et sable, des fonds marins aux entrepôts !

Notre flyer

Télécharger (PDF, 575KB)

Quels sont les poids respectifs de l’environnement et d’une certaine industrie ? La COP21, le nucléaire, le réchauffement climatique apparaissent comme des enjeux hors d’échelle pour le citoyen. Mais lorsque les questions d’atteinte à l’environnement se posent à notre porte, peut-on rester ignorants, insensibles, inactifs ?

L’exploitation du maerl est très ancienne. En 2007, on estime que son industrialisation provoque une extraction 100 fois supérieure au renouvellement de l’espèce. 8 des 20 bancs de Bretagne avaient déjà disparu, principalement autour de Saint-Malo. Depuis, le maerl a été reconnu comme habitat à haute valeur écologique, son extraction est progressivement interdite.

Aujourd’hui les sables coquilliers remplacent le maerl et aiguisent les appétits, particulièrement en baie de Lannion. Malgré les mêmes risques environnementaux, le gouvernement (Macron) a délivré le14/09/2015 de nouveaux droits d’exploitation de 250.000 tonnes par an à la CAN (TIMAC). Trois mois plus tard, avec la même logique, le rejet de boues rouges est autorisé en méditerranée.

Le 23 avril 2016 à la Maison des associations à Saint-Malo à 17h, Yves-Marie Le Lay*, vient nous parler de ce combat contre l’extraction en mer et des atteintes irréversibles à la biodiversité qu’elle provoque.

Cette réunion est co-organisée par OSONS! et l’ACEQV.

*ancien professeur de philosophie et militant engagé depuis les années 1970 pour protéger l’environnement, président de Sauvegarde du Trégor , co-auteur de “Les marées vertes tuent aussi !  le scandale sanitaire”.

Pour compléter votre information

Le dernier article du site indépendant BASTAMAG.NET

http://www.bastamag.net/Les-extractions-de-sable-marin-menacent-elles-les-cotes